Voici Gabe Neron : le nouveau champion national canadien de descente masculine

Voici Gabe Neron : le nouveau champion national canadien de descente masculine
Voici Gabe Neron : le nouveau champion national canadien de descente masculine


Gabe Neron était le dernier homme sur la montagne aux championnats nationaux canadiens de descente de dimanche. En tant que qualifié le plus rapide, il a eu la pression de se présenter en dernier sur le parcours Kicking Horse. Trois minutes et demie après avoir franchi les portes de départ, Neron a franchi la ligne avec le meilleur temps de la journée. Alors que la poussière retombait, Neron a été envahi par un groupe d’amis et de coéquipiers. Le coureur de Dunbar Cycles avait battu tous les coureurs de l’équipe d’usine, remportant son premier titre élite en tant que nouveau champion national canadien de descente masculine.

Pour ceux qui sont en dehors de la scène, Neron pourrait être un peu un inconnu. Mais quiconque suit de près la descente au Canada aura remarqué que le jeune homme de 22 ans, qui travaille comme mécanicien chez Squamish’s Corsa Cycles entre les courses, gravit les échelons depuis quelques années maintenant. Le couronnement de dimanche est une confirmation de sa place parmi les puissances canadiennes en descente.

J’ai rattrapé Neron au téléphone pour parler de son premier titre élite, de la compétition et de la coopération au plus haut niveau, de la victoire des nationaux à l’arrière d’une camionnette et de l’endroit où trouver la meilleure poutine en Colombie-Britannique (indice : ce n’est pas facile) .

Neron avec le matériel, le maillot feuille d’érable et la hache de champion national DH personnalisée de Dunbar Summer Series! Photo: Nial Pinder
VTT canadien: Pouvez-vous vous présenter ?

Gabe Neron : J’ai actuellement 22 ans. Je viens du Lac Saint-Jean, au Québec. à l’origine, mais je vis à Squamish depuis trois ans maintenant.

Qu’est-ce qui a causé ce déménagement?

Cyclisme. Faire du vélo strictement.

Je suppose que le déménagement de Québec à Squamish, il y avait aussi du ski. Avant de déménager à Squamish, j’ai passé cinq ans à Sun Peaks. C’est là que m’est venu l’amour du VTT. J’ai pensé, d’accord, la prochaine étape est Squamish.

Comment s’est passée ta course aux nationaux ? Comment s’est passé le stage cette année ?

Le parcours est probablement le parcours le plus long que nous ayons ici à la série canadienne. C’était fatiguant, c’était physique. Il y a beaucoup de pompage, beaucoup de sprints. Avec la sécheresse du sentier, il y a eu de gros trous et des compressions. Donc dans l’ensemble, c’était une course très fatigante.

En ce qui concerne mon run gagnant… c’était lâche ! J’étais sur le bord tout le chemin.

La plaque de course n ° 13 s’est avérée chanceuse pour Neron à Golden. Photo: Niall Pinder
Comment était-ce de franchir la ligne d’arrivée sous les acclamations de vos amis et fans ?

Honnêtement, je ne savais pas ce qui m’avait frappé. Je n’ai pas entendu le klaxon du hot-seat, alors j’ai pensé « Oh, ça n’a pas marché », et les gens venaient juste m’encourager. Mais ensuite, mon ami Garrett m’a dit à l’oreille: “Tu l’as fait!” Après ça, ça s’est en quelque sorte installé, il y avait de plus en plus de gens qui m’étreignaient, c’était écrasant. Il a fallu un peu de temps – presque une journée complète – pour que cela s’installe pour de vrai.

Comment ça va deux jours plus tard ?

Ça fait du bien! C’est encore difficile à croire. C’était mon objectif de la saison et je suis content de l’avoir atteint.

Championnats nationaux canadiens de descente élite poidum hommes
Frew a réalisé le deuxième temps le plus rapide à Kicking Horse, l’Australien a donc rejoint le podium canadien officiel à cinq aux côtés de Neron ! Photo: Niall Pinder
Vous avez eu toute une bataille avec Jackson Frew toute la semaine, terminant deuxième derrière lui à deux reprises. Comment avez-vous renversé la vapeur pour Kicking Horse ?

Je ne connaissais pas vraiment Jackson avant cette semaine, mais au cours de la semaine, nous avons roulé ensemble et parlé de lignes ensemble et sommes devenus amis. Alors on s’est entraidée toute la semaine, ça a été bien.

En fait, il m’a envoyé un message avant les championnats nationaux disant « roulons ensemble et je t’aiderai pour le week-end. Allons vous chercher cette manche.

Quels sont vos plans pour le reste de la saison ?

En ce moment, je prends une semaine de vacances. Je m’envole pour le Mont-Sainte-Anne la semaine prochaine pour la Coupe du monde. Et maintenant, puisque j’ai gagné des championnats nationaux, je ferai très probablement partie de l’équipe canadienne qui vole vers les championnats du monde. Donc je vais devoir trouver de l’argent d’une manière ou d’une autre et aller aux championnats du monde !

[Ed: If you want to help Neron get to worlds, a campaign is already going!]

Vous avez fait quelques Coupes du monde au début de cette année et quelques-unes à la fin de l’année dernière également. Est-ce difficile d’aller là-bas et de faire ces courses en tant que corsaire ?

C’est dur. L’année dernière, heureusement, j’avais des amis qui m’accompagnaient et un physio avec moi. Cela a beaucoup aidé.

Cette année au printemps j’y étais toute seule et ça a été… un gros coup de pied au visage. J’ai vraiment appris ce que c’était que d’être un corsaire à part entière. Ce n’est pas facile, mais je suppose que nous devons tous passer par là. Espérons que quelque chose sortira de l’effort à un moment donné.

Gabe Neuron participe aux championnats nationaux canadiens de descente
Propulsé par Poutine : Gabe Neron sur la bonne voie pour son premier titre élite avec son casque Poutine personnalisé de King Paintwerx. Photo: Niall Pinder
L’année dernière, vous voyagiez avec Garrett MacIntosh. Vous deux vous êtes retrouvés avec le surnom “Shake’n’Bake” (Corsa même fait des bouteilles de course ltd) Comment ça s’est passé ?

En fait, je ne sais pas comment cela s’est passé. Je pense que c’était Salon de l’éventreurBret Carels vient de commencer à nous appeler Shake’n’Bake parce que nous avons une bonne relation. Je veux dire, je ne serais pas là si Garrett n’était pas là pour moi. Il m’a en quelque sorte attiré dans l’équipe Dunbar et nous roulons ensemble depuis. On roule ensemble, on fait la fête ensemble, on traîne tout le temps.

Vous avez remporté des championnats nationaux dans un incroyable casque sur le thème de la poutine. D’où vous est venue l’idée et comment l’avez-vous réalisée ?

Eh bien, je suis canadien-français et je voulais représenter cela d’une certaine manière. Évidemment, la poutine est très franco-canadienne. Aussi, mes amis se moquent de moi parce que je dis toujours que la poutine en Colombie-Britannique craint. Alors je me suis dit : “Tu sais quoi, je vais mettre une poutine sur mon casque !”

J’ai vu ce gars du nom de Chris King à Squamish démarrer une entreprise de peinture de cadres et de casques et je lui ai envoyé un message disant que j’avais une idée folle, qu’en pensait-il. Il était dedans alors je lui ai envoyé le casque. Je l’ai récupéré de lui juste avant d’aller en Europe et ça a l’air malade, j’adore ça.

Alors, où est la meilleure poutine en Colombie-Britannique ?

Oh, la meilleure poutine que j’ai eue en Colombie-Britannique était à Valemount, je veux dire il y a cinq ans. Je suis allé à Valemount pour un voyage à vélo et il y avait ce petit food truck appartenant à un Canadien français et, oui, c’était là. [Ed. Neron didn’t have the name, but there are not a lot of food trucks in Valemount. The Funky Goat is a good place to start your own search]

Ce n’est pas là que je m’attendais ! Bon, dernière question. Qu’est-ce que – ou qui – sont Fourgonnettes et comment en êtes-vous devenu membre ?

Je suppose que je suis devenu membre de Van Pits grâce à Garrett, il était à l’origine l’un des Van Pitters. C’était juste un groupe de mecs qui avaient des vans et allaient à toutes les courses et campaient toujours ensemble dans leurs vans. J’ai finalement acheté une camionnette moi-même. Je voyage dedans en ce moment avec ce groupe d’amis. Nous sommes super serrés. nous voyageons ensemble, nous traînons – pas seulement aux courses. Nous organisons habituellement une réunion « Shredsgiving », où 20 d’entre nous se réunissent à la maison de Brandon Douglas à Williams Lake. C’est juste un bon groupe d’amis, vraiment.

Étiez-vous dans le van quand vous avez gagné ce week-end ?

Oh oui, j’ai voyagé dans le van toute la semaine !

Course de coupe du monde revient au Mont-Sainte-Anne du 5 au 7 août 2022. Ce week-end met fin à une interruption de deux ans qui a vu MSA, qui est apparu pour la première fois sur le calendrier de la Coupe du monde en 1991, exclu du calendrier international des courses. depuis les championnats du monde mountain bike UCI 2019. Alors, si vous le pouvez, trouvez votre chemin et encouragez Neron pour sa première apparition dans la manche d’érable du champion national canadien!





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.